juin 7, 2017

Habid

Je suis Pakistanais, mais je me suis déplacé dans la région du Cachemire, l’Inde – est très proche de la frontière du Pakistan. Il y a beaucoup de violence entre l’Inde et le Pakistan, qui a duré des années. Cachemire m’a demandé d’aller là-bas et je voulais chercher la liberté. Le tournage des musulmans n’est pas rare au Cachemire. J’étais partie pendant que mes frères étaient les autres. Autour de 21 h, on a entendu des tirs dans la région de ma maison. Je ne sais pas où mon frère aîné quand il a été tué. Après un an, je devais sortir de là. Le Pakistan n’a pas pris soin de moi et j’ai eu beaucoup de problèmes là-bas aussi. Il y aurait été mieux si je me suis déplacé à la campagne. Je veux juste la liberté; Je voulais ni le Pakistan ni l’Inde parce que je savais que la liberté que je voulais était pas là.

Je crois que de rester au Brésil est une option bien meilleure que dans le Cachemire. En fait, il y a beaucoup de liberté ici. Il y a des difficultés, aussi … Je ne peux pas parler la langue, et être dans les rues vendeur Brás est le seul travail que j’ai trouvé. Je suis étudiant en portugais dans la classe d’une organisation qui travaille avec les immigrants, appelés CAMI, et là je rencontré des gens du Bangladesh. Nous avons étudié ensemble dans la même pièce et je suis arrivé au Brésil dans des situations similaires. Mon portugais s’améliore. Dans un premier temps, aucun d’entre nous ne pouvait comprendre un mot, mais nous pouvons maintenant parler les uns aux autres. Une deuxième langue est toujours difficile à apprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *